• Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • SoundCloud Social Icon
  • Google+ Social Icon

J’ai assisté à la première du très attendu Joséphine Baker le musical à la Nouvelle Ève.


J’ai assisté à la première du très attendu Joséphine Baker le musical à la Nouvelle Ève.


Quelle belle surprise!


Un bio musical comme un film, séquencé en rythme de 1906 à 2021 où les chansons originales de Jean-Pierre Hadida (producteur, livret, musiques et scénographie) s’alternent avec les grands classiques de Baker. Une vingtaine de tableaux astucieux et illustrés qui racontent l’incroyable histoire de la grande artiste, espionne et humaniste.


Les chorégraphies de Florie Sourice (Merlin) qui a co-mis en scène le show, nous plongent à merveille dans les années 20, le charleston et les grandes revues, le livret de Jean-Pierre Hadida facile à suivre, documenté et poétique (de Jo à Joséphine) nous fait traverser ce siècle d’ombres et de lumières. Sa partition subtile et efficace interprétée par Raphaël Bancou (Intramuros) colle parfaitement à l’histoire.


Plus de 80 costumes s’échangent dans les coulisses sur un rythme effréné et cette alchimie prend forme comme par enchantement.


Le casting était au rendez-vous également avec de belles découvertes. Certains de ces jeunes artistes polyvalents, danseurs, chanteurs se révèlent pour la première fois dans un musical. Joseph Cange extraordinaire en producteur, narrateur et majestueux dans le rôle de Martin Luther King m’a particulièrement impressionné. César Vallet est hilarant en Pépito et attendrissant en Jo Bouillon. Vincent Cordier incarne avec brio les célèbres Jean-Claude Brialy et Jean Gabin. La gente féminine rayonne aussi avec Ursula Ravelomanantsoa, Pénélope Beaulieu et Coline Perrocheau qui en girls ou en femmes ayant croisé la vie de Joséphine, complètent à merveille la troupe. Ces multiples rôles leur permettent de déployer l’immense palette de leurs talents.

Enfin Nevedya (Saturday’s night fever) qui joue Joséphine nous rappelle que de grandes artistes méritent encore d’être découvertes.


Elle nous invite dans son histoire et son interprétation de « I have a dream » une composition originale de Hadida et nous émeut dans cet ensemble gospel. J’ai appris ainsi que Joséphine avait été très liée au pasteur charismatique assassiné à Memphis en 1968. Nevedya en costumes et plumes nous laisse rêveurs et sa voix avec le petit accent de Joséphine nous bouleverse jusqu’à la dernière seconde du spectacle…


Vous l’avez donc bien compris, j’ai adoré cette courageuse création. Elles ne sont pas nombreuses ces temps-ci dans cette période post Covid et je souhaite à ce très beau spectacle nécessaire et divertissant, inventif et généreux, le plus bel avenir.


J’oubliais. Brian Bouillon Baker, 7 ème enfant adopté de Joséphine, a participé à l’écriture du spectacle. Il était présent lors de cette première au cabaret de la Nouvelle Ève. Un moment unique et intense. « Baker forever ».


"Joséphine Baker, le musical"

de Jean-Pierre Hadida

Co-mise en scène et chorégraphie Florie Sourisse.

Piano et direction musicale: Raphaël Bancou.

Production : Sud Concerts. Simon-Michal Kalfon et Broadway Mad.

Jusqu’au 28 juin 2022,à la Nouvelle Ève Paris puis en tournée en France.


Serge Lagémi





Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Social Icon
  • Pinterest Social Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Blogger Social Icon
  • Tumblr Social Icon
  • Vkontakte Social Icon
  • YouTube Social  Icon